PRÉSENTATION DU CONCOURS

Les concours d’éloquence locaux connaissent un succès grandissant. Afin de récompenser les efforts des associations étudiantes qui les organisent mais également le talent de leurs finalistes, l’ARES (fédération nationale des Associations Représentatives des Etudiants en sciences Sociales) a décidé de leur permettre de s’affronter une dernière fois lors d’une grande finale nationale. Ainsi est né en 2015 le concours national d’éloquence.

Chaque finaliste des concours des associations locales est invité à participer à la grande finale nationale. Ce concours réuni ainsi des étudiants issus de toute la France : Aix-en-Provence, Amiens, Avignon, Besançon, Brest, Metz, Perpignan, Strasbourg, St Etienne, Toulouse etc. Le réseau de l’ARES regroupe des associations étudiantes présentes dans 33 villes de France, c’est pourquoi le concours national d’éloquence est appelé à accueillir toujours plus de candidats. L’interdisciplinarité est également de mise, les candidats étant issus de formations universitaires différentes. Les sujets du concours permettent de tester leur éloquence sur des thèmes variés alliant culture générale, questions de société et des sujets plus humoristiques.

Le concours national d’éloquence vise à mettre en valeur chaque année une ville différente. L’ARES sollicite donc les associations étudiantes de son réseau afin d’organiser l’évènement. Ainsi, grâce aux associations étudiantes aixoises, Aix-en-Provence a accueilli la première édition du concours. S’en est suivi l’édition 2016 qui fut organisée par l’Association des Etudiants en Droit de Strasbourg puis la dernière édition organisée dans la ville de Besançon. Pour cette quatrième édition, c’est dans la ville de Lyon que les meilleurs jeunes orateurs de France s’affronteront.

Parce qu’il réunit les meilleurs étudiants orateurs de France, le concours national d’éloquence est le théâtre de joutes d’une grande qualité. La difficulté est par ailleurs accrue par un calendrier qui met au défi les candidats de préparer leurs plaidoiries en quelques heures seulement ; ainsi les finalistes ne prennent connaissance de leur sujet que le vendredi soir alors que la finale se déroule le samedi matin. Pour apprécier leur talent, les professeurs d’université, avocats et acteurs de la ville d’accueil composent les jurys, tandis que des personnalités d’envergure nationale sont invitées pour départager les candidats à l’occasion de la finale.

DÉROULEMENT DU CONCOURS

Les étudiants n’ayant pas de concours d’éloquence dans leur faculté ont la possibilité de candidater au concours national d’éloquence grâce à une phase de candidature libre ouverte jusqu’au 31 Mai minuit. Durant cette phase, tous les étudiants pourront envoyer leur prestation sous forme de vidéo à cne@fede-ares.org. Celle-ci prendra la forme d’une argumentation de 8 minutes sur un des sujets spécifiés sur le site. Ainsi, les étudiants ayant effectués les meilleures prestations seront invités à participer au concours national.

Les phases qualificatives se dérouleront le jeudi 7 Juin dans l’après-midi. La prestation prendra la forme d’une argumentation libre sans qu’une position pour ou contre ne soit imposée. Le candidat choisira son sujet parmi une liste transmise dix jours avant l’évènement. Les participants ont huit minutes chacun (plus ou moins 1 minute tolérée) pour accomplir leur prestation et disposent d’une feuille recto/verso A4 maximum. A la suite de la prestation de chaque candidat, le jury devra poser des questions pour tester la spontanéité de ces derniers.

Les quarts de finale se dérouleront le vendredi 8 Juin au matin. De même que pour la phase qualificative, la prestation prendra la forme d’une argumentation libre sans qu’une position pour ou contre ne soit imposée. Les sujets parmi lesquels le candidat devra choisir celui sur lequel il effectuera sa plaidoirie seront transmis à la fin des qualifications. Les participants ont huit minutes chacun (plus ou moins 1 minute tolérée) pour accomplir leur prestation et disposent d’une feuille recto/verso A4 maximum. A l’issue de l’exposé, le jury devra poser des questions pour tester la spontanéité des candidats.

La demi-finale se déroulera le vendredi 8 après-midi. Lors de celle-ci, deux poules seront constituées selon le classement issu des quarts de finale. Un sujet sera attribué par poule, et c’est sur ce thème que chaque candidat devra effectuer une argumentation libre sans qu’une position pour ou contre ne soit imposée. Pour sa plaidoirie, chaque candidat dispose de huit minutes (plus ou moins 1 minute tolérée) et pourra s’aider d’une feuille recto/verso A4 maximum. A l’issue des prestations, le jury devra poser des questions pour tester la réactivité des candidats. Lors des délibérations le jury effectuera un classement des candidats de chaque poule afin de déterminer les finalistes : les premiers de chaque poule seront sélectionnés pour la finale.

La petite et la grande finale se dérouleront le samedi matin. Les sujets des finales seront communiqués le vendredi en fin de journée. L’argumentation se déroulera selon le modèle suivant : chaque candidat devra défendre une position qui lui sera imposée (pour ou contre), le premier candidat aura 5 minutes pour exposer son argumentaire suivi du deuxième qui aura également 5 minutes, puis le premier candidat aura à nouveau 5 minutes et enfin le deuxième aura également de nouveau 5 minutes d’argumentaire. Chaque candidat dispose ainsi de dix minutes et pourra s’aider d’une feuille recto/verso A4 maximum. Sur le même modèle que les autres phases, à l’issue de l’exposé des 2 candidats le jury devra poser des questions à un ou aux 2 candidats. A l’issue des délibérations seront proclamés les vainqueurs de la petite et de la grande finale.

PRÉPARATION DU CONCOURS

Une salle. Un public.  Un sujet. Deux adversaires.

Cette scène, ce sera celle du Concours National d’Éloquence. Le candidat sera seul. Livré à lui-même. Au centre des attentions. Face à lui, le jury sera pendu à ses lèvres, observera chacun de ses gestes, analysera la moindre de ses affirmations. La charge qui pèse sur le candidat est réelle, mais surmontable. Face au défi qu’est le passage devant le jury, le valeureux jouteur se doit de fournir les armes qui lui permettront de se démarquer et ainsi de faire apparaître une lueur dans l’œil de ceux qui décideront de son destin quant à l’issue du concours. Pour défendre son propos et imposer sa force de persuasion, rien de tel qu’une préparation à la hauteur du challenge qui l’attend. Pour ce faire, il est bien sûr conseillé de consacrer le plus de temps possible à la préparation.

La qualité de l’argumentation est primordiale. Plus celle-ci sera approfondie et travaillée, plus le candidat sera à l’aise avec son sujet et donc apte à répondre aux éventuelles questions pointilleuses que poseront les membres du jury. Mais encore faut-il savoir présenter et « emballer » son sujet : car c’est là qu’intervient le maniement et l’art de l’éloquence. En effet, pour convaincre l’auditoire, et en faire « son » auditoire,  il est utile de mettre un peu de vigueur dans ses propos et de contrôler son public. A l’instar du comédien, le candidat gagnera à « jouer » sa prestation (même si certains anciens candidats ont su imposer un style sobre). Cet aspect de jeu d’acteur parait fondamental : il permet à l’auditoire de rester attentif à la prestation du candidat, et l’aisance orale qui ressortira ne peut que servir les propos et séduire le jury.

Il y a bien sûr l’éternel débat entre le fond et la forme et ce qu’il faut ou pas privilégier…

Il n’y a pas vraiment de règles imposée là-dessus, nous conseillons vivement aux candidats d’utiliser leur style propre, celui où ils se sentent le plus à l’aise. La forme peut passer par de l’humour, un bon jeu d’acteur, des citations etc. Le fond peut passer par un raisonnement ciselé, et il est tout-à-fait possible de mélanger les deux. Par ailleurs, au-delà des impressions du jury, l’humour permet au candidat qui le manie d’emporter directement l’adhésion du public, ce qui est plus difficile pour un candidat aux propos plus solennels.

Contentez-vous donc de guider le public tout au long de votre prestation,  sans jamais les perdre en route, en essayant de les conduire le plus loin possible le long de votre chemin. En vous souhaitant que ce concours soit un vrai enrichissement pour chacun, nous vous souhaitons bonne chance pour cette compétition !

Les critères d’évaluations des prestations :

  •  La qualité de l’expression orale. Ceci inclut le vocabulaire employé mais aussi l’intonation, l’aisance, l’expression, l’utilisation des supports écrits, la diction, la gestuelle.
  • La qualité de l’argumentation. Ceci inclut la capacité de convaincre mais aussi les idées, l’approche, la réflexion, les exemples, le respect du sujet, la clarté des propos.
  •  L’attitude face au jury et les réponses aux questions. Ceci inclut notamment la spontanéité des réponses et l’attitude face aux questions.

Le respect du temps :

Le candidat dispose, pour toute les phases, d’un temps de 8 minutes (plus ou moins 1 minute) pour effectuer sa plaidoirie. Lors de son passage, assesseurs et présidents de séance rendent compte du temps au candidat :

  • l’assesseur lève un première fois la main pour prévenir le candidat qu’il ne lui reste qu’une minute.
  • L’assesseur lève la main une seconde fois pour prévenir que le temps est écoulé.
  • A la fin du temps additionnel (au bout de 9 minutes de plaidoirie), l’assesseur arrêtera le candidat.