Lorsque l’on parle Économie, on entend souvent parler que de mathématiques et de formules interminables illustrées par de nombreuses caricatures. Pourtant, les étudiants en économie-gestion étudient des matières aussi variées que la micro-économie, la macro-économie, la comptabilité, le marketing ou encore les statistiques dans le but de cerner les mécanismes régissant nos économies modernes.

 

Grâce à l’étude des modélisations au niveau micro-économique (consommateurs, entreprises, au niveau de leurs individualités) ou macro-économique (circuit, agrégation d’indicateurs, etc.), ainsi que les éléments de pensée économique, l’étudiant appréhendera la majorité des théories économiques.

 

Ils acquièrent donc des compétences multiples telles qu’une compréhension des relations de causes à effets, une réflexion économique multi-scalaire, un esprit d’analyse, un esprit critique et un raisonnement parfaitement structuré.

 

Ainsi, les véritables atouts de l’économiste sont qu’en ayant acquis ce savoir théorique, il sera aussi capable de l’appliquer à notre économie contemporaine. Il pourra expliquer en certains points les crises mondiales que nous pouvons subir, tout en oubliant pas, comme le précise Bernard Guerrien, que “cette connaissance ne peut être qu’approximative, historiquement datée et géographiquement située”. Et c’est lorsque l’on s’attèle à comprendre si l’économie est une science, que le schéma des études de la discipline prend tout son sens : la Licence d’Economie-Gestion va mêler l’apprentissage de nombreux outils, tant sociologiques, mathématiques que théoriques, dans l’optique d’acquérir le bagage nécessaire à la compréhension de la réalité et des phénomènes économiques.


Alors que certains pensent que l’économie n’est qu’une chose théorique, l’étudiant comprend rapidement que les côtés théoriques et pratiques sont en réalité indissociables. Ces étudiants font preuve à la fin de leur cursus, d’une ouverture d’esprit, d’un esprit de synthèse et d’autonomie leur permettant de s’accomplir dans des professions toutes aussi différentes les unes que les autres, gage d’une polyvalence incontestable.